Communiqué de Presse du 22 avril 2020
Le déconfinement selon LREM
Non à l’opportunisme !
 
21 députés LREM viennent d’écrire au ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse ainsi qu’à la Ministre des Sports pour demander que le déconfinement, décidé par le Président de la République,et au nom d’un "monde d’après qui ne peut être identique à celui d’avant", se fasse sur le modèle scolaire allemand.

Soit ces députés ignorent, soit ils oublient volontairement que la pratique d’activités physiques et sportives pose des difficultés spécifiques en matière d’accès aux installations et de respect des gestes barrières. En quoi envisager de confier des groupes d’enfants à des clubs sportifs plutôt qu’à des enseignant·es représentera une plus-value et des garanties sanitaires ?

Ces députés ignorent-ils ou oublient-ils volontairement que tous les élèves bénéficient d’un enseignement obligatoire pour les éduquer au plan sportif et dans les activités artistiques corporelles, assuré par près de 30000 enseignant·es d’EPS et les professeurs des écoles ?
Il s’agit de préparer l’avenir…, et visiblement LREM pense l’avenir de l’école sans enseignant·e d’EPS, mais avec des animateurs sportifs.

Loin d’être une idée nouvelle - évoquée il y plus de 50 ans (1959), reprise à la fin des années 70 avec le plan «Soisson», plaquée sur un certain nombre de dispositifs existants par Luc Chatel en 2011 - nous retrouvons là un poncif de JM.Blanquer avec son projet « cours le matin, sport l’après midi ».

Ces députés ont le mérite d’annoncer clairement leur vision : "ces temps d’activité pourraient être assurés par les éducateurs sportifs des clubs sportifs locaux, avec un financement exceptionnel de l’État."

Profiter de la crise sanitaire pour forcer le passage vers cette autre école qu’ils appellent de leurs vœux est un véritable scandale.

Le SNEP FSU œuvrera pour que les enseignant·es d’EPS et l’opinion publique déjouent ce piège, sujet largement polémique en Allemagne, qui nous mènerait droit dans le mur et serait facteur d'encore plus d'inégalités.

Le monde d'après mérite mieux que ces visions passéistes.
 
 
Syndicat National de l'Education Physique (FSU)
benoit.hubert@snepfsu.net, 06 03 95 92 41
presse@snepfsu.net
Facebook
Twitter
Flickr
 
Si vous souhaitez vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici